Musique des XVe et XVIesiècles   
Travaux d'étudiants et ressources

psautier

 

 

 

Transcrire et éditer la musique du XVe au XVIIe siècles


Les réalisations 2012 sont accessibles par le menu de gauche

Le cours de transcription et d'édition de musique polyphonique (notation blanche, XVe au XVIIe siècles) nous permet cette année de prendre en main Finale (oui oui, la marque commerciale), et d'effleurer Lilypond (licence GNU) et Sibelius, bref, de s'exercer à établir une partition d'après les documents de l'époque.

Les partitions imprimées au XVIe siècle sont souvent vendues en parties séparées, c'est-à-dire que la partie de "soprano' n'est pas dans le même livre que la partie d'"alto", par exemple. Il faut donc les reconstituer pour les superposer (c'est ainsi que nous lisons la musique aujourd'hui) si l'on souhaite avoir une vision d'ensemble.

Mais ce n'est pas tout : le rythme n'est pas du tout facile à transcrire, car la notion de mesure est à l'époque bien différente de la nôtre. Trouver l'équivalence de mesure qui convient n'est pas de tout repos, et moins encore quand il y a des changements de mesure.

Ensuite les altérations éventuellement nécessaires sont pour une part sous-entendues (comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs, c'est le propre de la magie de l'écrit, n'est-ce pas?). Bref, pas de dièses, alors qu'il les faudrait, et comment se faire une opinion sur la question : vaste sujet (que les amateurs de musica ficta reconnaîtront). Quelques sueurs froides en perspective.

Ensuite, les paroles : Comment les ont-ils placées, pourquoi, et comment allons-nous faire (et pour qui, et en vertu de quoi, de quels principes, d'après quelles sources?). Avec en filigrane cette question cruciale : pour qui transcrivons-nous?

Enfin un tour d'horizon de l'évolution récente de la transcription et de l'édition, notamment de manière électronique et en ligne : mutations en vue.

Cours 1 du 24/01/2017

Transcription et prise en main Finale : une chanson. Entrée simple, entrée speedy

Ouverture du document, menus et boutons.

Affichages distincts scroll et page

Un abrégé de transcription en notation blanche : CMME.

Fondements en notation blanche : valeurs, figures de notes, figures de silence, question de relation du tactus d'origine au temps fort de la mesure transcrite

Le document à transcrire :

BnF, Ronsard, Amours, 1552, supplément musical Fezandat, BnF, Réserve des livres rares, P. Ye 1482

Cours 2 du 31/01/2017

Une portée spéciale : 4 lignes (fenêtre gestion de l'application), pas de signe de mesure, pas de clé,

Pas de barres de mesures, pas de hampes (menu portée), et saisie speedy fractionnée (rythme seul puis notes seules)

Préparation à la saisie de paroles : distinction texte/paroles. La boîte à paroles. Assignation par clic.

Efficacité de la correction dans la boîte de paroles. Le second couplet. Positionnement des lignes

de texte avec les flèches (1ère flèche).

Willy Apel, The notation of polyphonic music, sur archive.org.

Cours 3 du 07/02/2017

Outils avancés : Mesures, Gestionnaire de partitions, Texte, Graphique, Palettes

Différence de saisie en mode défilement et mode page

Outils avancés : Graphiques (pour placer une sélection de la partition dans un autre document)

Le positionnement fin des barres de mesure. Styles de barres de mesure. Styles de portée. Positionnement fin des notes, des blocs de texte

Premier usage simple de l'outil mise en page. Hiérarchie du travail dans un éditeur de partitions.

Observation des données musicales sur le site TMG