Musique des XVe et XVIesiècles   
Travaux d'étudiants et ressources

psautier

 

 

 

Thème : Musiciens et Poètes de la seconde moitié du XVIe siècle


Dossiers de semestre

La collaboration entre musiciens et poètes prend, au temps de la Pléïade, une allure qui influence durablement l'esthétique de la musique française. C'est que les musiciens bénéficient d'informations sur la langue française et sur l'art poétique (les arts poétiques!) tout à fait nouvelles et abondantes. Est-ce l'effet d'une "italianisation" de la culture française? Pas tout à fait, ou pas "d'abord".

L'italianisme en est tout relatif, tant dans le domaine de la musique que dans celui de la poésie. On constaterait plutôt une attention spécifique aux rapports musique/texte, dans toutes sortes de directions : par exemple dans la lignée de l'intérêt pour la prononciation visible dans les premières grammaires du siècle (Palsgrave, Meigret), pour l'accentuation, et enfin pour les longueurs de syllabes, notamment avec Baïf et l'Académie de Musique et de Poésie. Ce sont trois choses d'ailleurs assez différentes, auxquelles les musiciens répondent plus ou moins : Placer l'accent sur un temps fort, placer une diphtongue sur une valeur longue, ce sont autant de gestes que le musicien peut faire facilement, si l'époque et l'état de l'art s'y intéressent. Evidemment, les essais de la "nouvelle religion" dans le domaine du syllabisme sont également marquants.

Nous avons exploré les interactions entre le chaudron de la langue française au XVie siècle, et la marmite des musiciens, il faut le reconnaître, dans une direction privilégiée : celle où les littéraires parlent à l'oreille des musiciens, et où les seconds n'apprennent pas grand'chose aux premiers. C'est une hypothèse qui méritera d'être renversée l'an prochain.

Voici nos dossiers, bonne lecture! retrouvez les auteurs à la page "contributeurs". Pour l'instant il s'agit d'un premier jet, la correction est en cours. A.T.