Musique des XVe et XVIesiècles   
Travaux d'étudiants et ressources

psautier

 

 

 


  • Site en travaux !

  • Site en cours de mise à jour octobre 2018

Corrigé janvier 2016 ICI

Cours 1 du 18 septembre 2018 :

Bibliographie : Allan Atlas, La Musique de la Renaissance en Europe, 1400-1600 , Turnhout, Brepols, 2012. Traduction Christophe Dupraz.

Cadre historique (correspondant aux XIVe et XVe siècles) : [chap. "intermèdes" 2 et 10 de l'ouvrage d'A. Atlas]

Une histoire longue de la construction de la monarchie française, du XIVe s. à 1789

Musiciens : Un cadre d'emploi ecclésiastique aux XVe et XVIe siècles, comment le comprendre?

Contexte historique et histoire de l'église

XIVe siècle : séparation accrue pouvoir royal pouvoir ecclésiastique : redéfinition des partages sur le territoire. Philipe le Bel, les Templiers

Crise de la papauté et arrivée de la cour pontificale en Avignon

Guerre de Cent Ans, prétentions anglaises à la couronne française

XVe siècle : poursuite de la Guerre de Cent Ans

Etapes des possessions anglaises en France : seul le Val de Loire est épargné, au nord, vers 1426.

Reconquête guerrière (Jeanne D’Arc, Charles VII) et traitement de la question de la frontière est : les prétentions bourguignonnes.

Stratégies de Louis XI pour rompre l’alliance de la Bourgogne avec les anglais.

Mort de Charles le Téméraire 1477. Etats bourguignons et histoire de la musique.

L’imprimerie et le Nouveau Monde. 1492.

Les différentes puissances : à part l’Angleterre et les états Bourguignons, l’Italie (trois zones : zone espagnole au sud, états pontificaux au centre, et principautés et duchés et cités au nord.). La couronne espagnole en Méditerranée. L’Empire.

Musiciens et contexte : la notion de domus, de maison, de maisonnée. Le cadre d’emploi du compositeur : attaché à un seigneur (noblesse civile ou ecclésiastique). Un cadre de formation massivement ecclésiastique, à comprendre au sens large :l’église ancienne avant 1563. Une église à la fois omnipotente et omniprésente (administration, services, finances, education), mais peu inquisitrice au quotidien, par rapport en tous cas à la grande montée en puissance du religieux dans la sphère privée au XVIe siècle.

II L’église : territoire, institutions, fonctionnement.

Eglise d’avant le concile de Trente (1545-1563) : l’ « Ancien Régime » de l’église. Une église à bien resituer.

Peu de pratique individuelle (hiérarchie sociale du monde médiéval occidental, rôle des différents corps sociaux).

Fréquence moyenne théorique de présence à la messe rapportée à la population fin XVe siècle : 1 fois par an.

Célébration du clergé face à l’autel. Eglise vide de sièges.

Fortes disparités paroisses rurales et urbaines.

La notion de couverture paroissiale.

Les modes de consultation dans l’église : les Conciles.

Les modes de consultation royaux : les Etats Généraux.

Observation de la fréquence comparée des Etats généraux et des conciles jusqu’en 1962.

Auditions : Arcadelt Quand je me trouve auprès de ma maistresse ; Josquin, Qui velatus facie fuisti

Examen des ressources électroniques de Paris Sorbonne : apprendre à se connecter à Oxford music (New Grove) ; aux bouquets musicaux (Naxos surtout, et Music on line par ailelurs) ; Moyens de se constituer un stock de travail (musique et fiches biographiques sur les musiciens).

Cours 2 du 25 septembre 2018 :

Petite nymphe folâtre (C. Janequin, poème de Ronsard)

Les métiers de l'église, les sensibilités et les tendances :

clergé régulier: règle: vie monastique, monachisme, vie consacrée

clergé séculier: dans le siècle: prêtrise, sacerdoce, diaconat

Différents types de règles, selon les clivages fondamentaux:

  • → contemplation vs action
  • → travail ou mendicité
  • → solitude ou collectivité totale
  • → richesse personnelle/collective, pauvreté personnelle/collective

Différents ordres :

  1. → Bénédictins (pauvreté individuelle, richesse collective)\→ Clunisiens
  2. → Dominicains → Chartreux (solitude)
  3. pauvreté individuelle et collective (ordres mendiants)
  4. → Franciscains

Cette pauvreté collective jusqu’au Concile de Trente. Pour le XVe siècle, influence des dominicains dans les réflexions sur le dogme marial.

Autres mouvements fraternels de type monastique :

Béguines (collectivité, traducteurs, éducateurs) : à l'origine notamment des classes de niveau et de traductions faciles de passages de la Bible pour les enfants.

Référence bibliographique pour approfondir les contributions de la pensée médiébvale et renaissance à l'idéal démocratique moderne : Quentin Skinner, Les Fondements de la pensée politique moderne

Condition des musiciens dans ce contexte: clivage entre la formation des musiciens savants et des instrumentistes.

Les instrumentistes sont au service temporaire - plus rarement permanent - d'un noble. Les musiciens de musique “savante”: formés par l’église, y sont rattachés et en dépendent financièrement.

instrumentistes: font partie de corporations qui gèrent les échanges commerciaux, offrent une protection sociales. Notion de “métiers jurés”. Les musiciens du Duc de Bourgogne: statut spécial des musiciens

Cours 3 du 2 octobre 2018

Auditions : Dufay : Vasilissa ergo gaude

Dufay : Par droit je puis bien complaindre et gémir.

Ressources électroniques : savoir trouver le New Grove, Naxos, Music on line (ALexander Street), JSTOR.

Comment travailler : pour les 6-8 compositeurs à travailler, fiche (dates, lieux, compositions en général, exemples musicaux personnels préparés).

Un compositeur au XVe siècle : G. Dufay - Ouvrage Allan ATLAS chapitre 7 (p. 125 version française).

Bibliographie complémentaire : D. Fallows : Dufay

Enfance, éducation (notions de formation des musiciens à la Renaissance : écoles monastiques ou cathédrales, instruction en grammaire et musique, évolutions possibles à l'adolescence, révisions)

Entrée au service de PIerre d'Ailly (théologien, participation Concile de Constance (1414-1418), révision conciles).

Le concile : dimension internationale; le cas des églises de l'est (Bohême, Moravie...) et Jan Hus. Durée, localisation, actions diplomatiques. La délégation anglaise.

(entracte : compléments de vocabulaire ecclésiastique)

Constance : Le cas du mariage des fils de l'empereur byzantin et de princesses italiennes (pour résorber le grand schisme d'Orient, pourtant moins central alors que la crise de la papauté. Un motet de mariage en détail : dimension diplomatique et plus généralement, politique; mariage de Cleofe Malatesta.

Construction de ce motet : le rôle des "duos" chez Dufay; la construction à partir du ténor. L'isorythmie du ténor; mise en pratique de l'isorythmie par les étudiants. Talea et color

Origine grégorienne du ténor : le color est à la fois issu du répertoire grégorien, et parfaitement adapté à la circonstance, à la fois politique mais aussi rituelle (donc liturgique). Comment trouver un chant grégorien (Globalchant Database).

Dufay et la pan-isorythmie : extension - et fin - de l'isorythmie.

La musique profane au XVe siècle:

Un rondeau (Par droit). Formes fixes des XIVe et XVe siècles. Fonctionnement auditif du rondeau.

Trouver les manuscrits : DIAMM; L'édition Dufay en ligne, par Alejandro E. PLanchart, édition de référence.

Cours 4 du 9 octobre 2018 : Dufay, musique sacrée, musique profane

Dufay jusqu'en 1436-37 : Laon, Bologne, Rome, Savoie. Chapelles pontificales et manoeuvres diplomatiques

Robert Auclou, la messe Sancti Jacobi (Saint Jacques de la Boucherie, Saint Jacques de Compostelle).

Les messes de Dufay (9)

La messe Ave Regina, et son, Kyrie en 9 parties.

De grands motets isorythmiques : Ecclesie militantis pour Eugène IV. isorythmie obtenue par le signe de mesure, qui fait des proportions temporelles différentes. Derniers motets isorythmiques...

Un motet normal : Ave Maria à trois voix, en style de chanson, faux bourdon.

Entracte Histoire des institutions religieuses : Offices et messes, les livres, les actes. Les pièces plutôt monastiques (antiennes répons...)

L'ordre de célébration dans un monastère. Les heures, petites, grandes... Le motet moderne. Pièces liturgiques plutôt pour les offices...par exemple vêpres, avec Salve Regina et Magnificat. Les heures nocturnes, Matines. Répons et hymnes.

Seconde partie du cours : formes fixes

Un jeu sociable dans l'aristocratie du XVe siècle, cours de Bourgogne ou de France. UN exercice littéraire oral de haute volée (une battle).

Les manuscrits de poésie

Ecrire un rondeau. Le phénomène du demi refrain, du refrain complet final. LA structure ABaAabAB.

"C'est mieux si a est suspensif et b conclusif"

Ce jour de l'an de Dufay.

Un virelai : refrain (plusieurs vers, A); piedi (b b), faux refrain : volta (a); enfin refrain (=ripresa), A, et ainsi 3 fois de suite.

I vo bene (Landini)

Une ballade : 3 strophes avec vers refrain et envoi.

Rondeaux quatrains, cinquains, triolet.

Cours 5 du 16 Octobre 2018 - Bourgogne/France - Messe et motet - Chansons

Lignée Bourguignonne et lignée française : deux directions relativement différentes pour la musique et la poésie au XVe siècle

Dufay : ses messes sur CF. La notion de cantus firmus.

Messe de l'Homme armé : émulation entre compositeurs.

Communication avec le "public", mais surtout usages contrapuntiques d'un même sujet mélodique, notamment ici placé au ténor.

Le problème de la perception, des aspects sensibles dans l'utilisation d'un CF. Notamment pb de tempo lent du ténor, qui inhibe la mémoire auditive (éventuelle).

Le motif de tête, comme réponse à ce problème : un "jingle" qui témoigne du souci d'unifier la messe (outre le CF), cette fois de façon sensible. Attention (nouvelle) aux auditeurs.

Aurea Luce et decore roseo : une hymne mise en poyphonie par Dufay

(ici travail à partir de l'hymne placée en haut, comme un "chant donné").

Les hymnes dans les offices. La composition d'hymnes en cycles : Dufay, premier grand nom de la période moderne pour le cycle annuel.

L''éxécution alternatim, d'ailleurs variable selon les lieux et les dates (Byrd, Vittoria sur la même hymne)

Nuper rosarum flores et la construction de la cathédrale de Florence

Les proportions et le symbolisme : des efforts d'explication du monde tangible par le chiffre (caché).

Les messes de Dufay et le potentiel créatif de chaque texte : double tripartition du Kyrie, textes du Gloria, du Credo (moments-clés), 5 parties potentielles du Sanctus, les deux Agnus mais tout de même trois acclamations....

Les messes de Dufay et le challenge contrapuntique XVe-XVIesiècles : est-il possible de mettre plusieurs CF dans une même oeuvre (une même messe notamment)? La réponse originale de la messe Ecce ancilla Domini/ Beata es Maria.

Formes fixes / Binchois

Un soldat, d'abord, et au service de la Bourgogne et de l'Angleterre, puis un musicien de la cour de Bourgogne.

Mons, Binche...peu de voyages à l'étranger

Rondeau Deuil angoisseus sur un texte de Christine de Pisan

Virelai I vo bene (landini)

Rondeau De plus en plus (qui va servir à Ockeghem)

L'enviable statut des ménétriers/musiciens à la cour de Bourgogne; Les festivités de la cour de Bourgogne : le banquet du Voeu, 1454.

Cours 6 du 30 octobre 2018

Chanson bourguignonne - Obrecht

Entendre les formes fixes, les identifier.

Obrecht, un compositeur en terre de marchands

Une carrière dans les Pays Bas bourguignons. Des prébendes variées et de nombreux accrocs à la discipline ecclésiastique.

Les métiers dans la ville, les métiers et les confréries et guildes dans les chapelles de l'église urbaine.

Son apport dans l'écriture de la messe : unification de la messe par un cantus firmus fragmenté (5 messes) dont Maria zart. L'unité formelle se réalise dans les sections finales de la messe, par l'audition du chant entier.

Une messe pour un marchand : changement de paradigme dans l'emploi musicien? Comment se finance une messe obituaire pour un marchand?

Motets conventionnels de la période moderne : un seul texte, à toutes les voix, à quatre voix au moins, exclusivement religieux.

Synthèse sur les procédés formels dans les messes au XVesiècle, de Dufay à Obrecht. Révision des principales notions : cantus firmus, paraphrase, motif de tête, imitation (début de), cantus firmi multiples...

La marque stylistique d'Obrecht : la marche mélodique (parfois appelée "séquence", un terme à double sens donc).

Chansons d'Obrecht : Meiskin es hu cutkun ru...

Cours du 7 du 6 novembre 2018

Ockeghem - le début du XVIe siècle

Ockeghem vs Obrecht, cour de France vs Etats Bourguignons : esthétiques différentes.

Le cas Ockeghem : oeuvre réduite, oeuvres parvenues extrêmement engagées et abstraites, sans commune mesure avec ses prédécesseur.

Sa marque : l'invention libre du sujet du contrepoint. Le contrepoint vu définitivement comme un jeu de contraintes abstraites, dans une nette indépendance du musical apr rapport au religieux. Exemple : la messe des Prolations. PLan de la messe, avec un pocédé canonique peu courant pour faire entendre une entrée en canon alors que les deux voix commencent ensemble : la notation proportionnelle via le signe de mesure différent. Vitesse de défilement différentes.

Une messe en double canon, qui explore les intervalles d'entrée différents (temps et hauteurs).

Son manuscrit : le ms. Chigi. Le deuxième manuscrit (de Vienne) qui permet la réalisation de la messe (écrite complètement à quatre voix dans cette autre source).

Remarques sur les chansonniers manuscrits (Wolfenbüttel, Copenhague, Laborde...) et leur programme iconographique. Quii lit ces manuscrits?

Ockeghem, chansons à formes fixes : plus de cadences landiniennes, plus de contraténor croisant ou de doubles sensibles : un langage différent à l'aube du XVIe siècle.

Ockeghem déplore Binchois (naissance des tombreaux poétiques, et donc des tombeaux musicaux).

Josquin déplore à son tour Ockeghem. jeux de notation noircie, introït Requiem au ténor.

Qu'est-ce que la Renaissance? Ruptures technologiques, confessionnelles, facteurs déclenchants, effets de seuil etc.

Introduction à l'imprimerie, l'imprimerie musicale.

Janequin. (début).

Cours 8 du 13 novembre 2018

Renaissance, humanisme, Réforme... : qu'est-ce?

Grandes découvertes : empires coloniaux

Technologie nouvelle (papier, imprimerie, imprimerie musicale), mais aussi meilleurs alliages (donc meilleures armes : art militaire).

Qu'imprime-t-on aux débuts de l'imprimerie occidentale?

Impressions musicales polyphoniques : Petrucci 1501 Venise, Attaingnant 1528, Paris.

Le modèle commercial de Petrucci. Ses premières impressions : Odhecaton, messes de Josquin, frottole.

La chanson parisienne : Janequin, Sermisy

Janequin, ses lieux, ses chansons :

Un provincial "monté" à Paris, une subsistance en partie liée à l'imprimerie : une carrière moderne.

Chansons parisiennes. Chansons descriptives (Rabelais, paroles gelées). Psaumes polyphoniques.

Clément Marot, poète de Marguerite de Navarre et François Ier. Traduction des psaumes. Son style, ses formes de prédilection (encore Rondeaux, ballades et (pas de ) virelais).

Styles chez Janequin : Chansons descriptives (la question de la prose chantée); tendance apollinienne : Plus ne suys que j'ay esté; tendance dionysiaque : Il était une fillette, Martin menoit son pourceau etc.

Cours 9 du 27 novembre 2018

Réformes : points de dogme/ points d'usage

Prédestination (question de la grâce), transsbustanciation, virginité de Marie, sacerdoce universel

Pratiques : communion sous les deux espèces, absences d'images dans les lieux saints...élection des pasteurs, mariage du clergé, abandon de la vie monastique, prédication et chant en vernaculaire, instruction des fidèles, traduction des écritures, lecture personnelle des écritures.

La Réforme comme héritage du XVe siècle : hussites, utraquistes...

La question des psaumes et des chansons spirituelles (distinction selon la nature des textes) en France

Situation en Allemagne : le choral.

L'Estochart, ps. 33. Irruption d'un répertoire pieux en français, destiné à la maison et non à l'institution (au rituel).

Humanisme : redécouverte, lecture et traduction de textes de l'antiquité : pourquoi les changements induits par cette lecture renouvelée des textes rencontrent-ils une opposition nette dans le domaine confessionnel?

Le mécanisme de la question des indulgences. "Liberté" humaniste et réalités confessionnelles : le doctorat tardif en droit canon d'Erasme.

Chanter sa foi dans sa langue : psaumes, chansons spirituelles, mais aussi Frères moraves (XVe siècle), ou encore naissance de l'Oratoire (Phiippe Néri) dans la diaspora florentine réfugiée à Rome après les deux républiques de Florence. Le chant des laudes. Laudes monodiques/ Laudes polyphoniques : captation des répertoires monodiques par la musique savante.

Ecoute : Laudes fin XVe siècle. Professionalisation des Laudes. Oratoire, oratorio, congrégation de l'Oratoire en France au XVIIe siècle. La question du chant pieux en vernaculaire et le gallicanisme.

Cours 10 du 4 décembre 2018

L'italie

- Une terre de conquête, sous Charles VIII et François Ier

- Une terre épargnée par d'autres conflits (Guerre de Cent Ans, mutation des états bourguignons)

- une masse monétaire moins investie dans les opérations militaires, et plus dans la guerre de l'image culturelle.

- Un modèle "national" très différent des grands ensembles politiques et territoriaux du début du XVIe siècle : cités, duchés, séparés dans les faits.

- un creuset des expérimentations politiques au XVe siècle (Théocratie de la première république florentine; systèmes électoraux innovants à Venise...)

mais paradoxalement :

On ne connaît pas bien la musique du XVe siècle, car les grands manuscrits de musique de l'époque, même d'origine italienne, contiennent les oeuvres des franco-flamands

En revanche on sait qu'il y a un renouveau poétique et musical à la fin du siècle, mais on ne le découvre (en le faisant inévitablement changer en même temps) qu'à travers les premiers ouvrages issus des presses de Petrucci.

Et notamment les frottole.

Terme générique, mais qui recouvre différentes réalités formelles.

Les flamands (Josquin par exemple) ont pu découvrir ces oeuvres en même temps qu'ils vérifiaient la bonne impression de leurs propres oeuvres chez Petrucci par exemple.

Ex : El Grillo, de Josquin.

Frottola : Tombocino et Cara

Caractéristiques musicales : verticalité. Accords à l'état fondamental. Langage très harmonique. Formes simples, binaires dans le principe (exemple: A repris, B).

Nombreuses interprétations qui se libèrent de l'exécution à 4 parties vocales : sons de la frottola assez variable aujourd'hui.

De la frottola au madrigal

Un changement d'appréciation de la poésie en Italie.

L'âge des exemples : Le Courtisan, de Castiglione (1528), le Prince, (1532) de Machavel, et Les Prose della volgar lingua (1525), de Pietro Bembo.

Tradition d'érudition platonicienne et néoplatonicienne à Florence (éducation de Laurent le Magnifique :Marsile Ficin, Pic de la Mirandole)

Le toscan langue promue par Bembo (les exemples antérieurs : Dante, Divine Comédie, Boccace, Décaméron, Pétrarque, Canzoniere

Chez ce dernier, sonnet et mise en recueil poétique, et expression centrée sur l'amour. Apports ultérieurs considérables chez les jeuens poètes du XVIe siècle : c'est la future poésie dont s'empare le madrigal.

Or si le sonnet est une forme littéraire dite "à strophes", car composée de plusieurs groupes de vers, même différents en nombre et en rime, pour les musiciens c'est une forme au long cours (potentiellement durchkomponiert). Ce qui va distinguer la mise en musique des sonnets français (où l'on retrouve finalement A repris, B, par exemple) d'un dizain de madrigal, c'est précisément dans le madrigal (en tous cas musical le refus fréquent d'observer des strophes internes). Donc tout le contraire de quelque chose de strophique, avec ou sans refrains.

Aller vers l'expressivité : les musiciens, d'ailleurs flamands au début du sièle (Verdelot, Willaert, de Wert) mettent tous les moyens habituels du contrepoint en oeuvre pour flatter l'oreille cette fois, donc dékà des figuralismes

Ecoute de Verdelot, de Vicentino

Palestrina

Carrière de Palestrina :

Dans Rome, vicissitudes d'un grand compositeur au temps des premières conséquences du Concile de Trente.